http://1.bp.blogspot.com/-FclMYX_-Q00/Tc4429pp9BI/AAAAAAAADMM/FGZu9WIYXg0/s1600/Sarkozy+210.jpg

A chaque semaine, sa polémique. Il va falloir tenir encore 11 mois d'ici le premier tour du scrutin, fixé le 22 avril 2012. Depuis dimanche, Laurent Wauquiez, jeune ministre étiqueté « droite sociale », a agité le Landerneau politique avec trois propositions pour plafonner la solidarité. Nicolas Sarkozy s'est d'abord tu, laissant critiques et supporteurs sortir du bois. Puis il a tancé, gentiment, le gaffeur. Dès vendredi, les ténors de son camp répétaient comme un seul homme qu'il fallait quand même réfléchir à quelques aménagements du RSA. C'est la stratégie du crabe, avancer masquer; et le dernier recours, diviser les pauvres pour mieux régner entre riches. D'ailleurs, la réforme de l'ISF a été adoptée sans abage en conseil des ministres ce mercredi.

La sortie de Wauquiez

Lundi, le Monarque s'interrogeait. Quelle mouche avait donc piquer Laurent Wauquiez, son ancien porte-parole de gouvernement (2007), secrétaire d'Etat à l'Emploi (2008), responsable de l'élaboration du projet UMP jusqu'en 2010, et actuellement ministre des affaires européennes ? Ce dernier avait cru bien faire. Depuis des mois, Claude Guéant tenait la corde sécuritaire. L'ancien vizir de l'Elysée déroulait tous les tapis rouges aux idées frontistes : réduction de l'immigration légale, fermeture des frontières, islamophobie, etc. Laurent Wauquiez aussi voulait qu'on parle de lui.

Sur RMC, dimanche 8 mai, le jeune ministre et maire du Puy-en-Velais, avait donc lâché trois propositions qu'il voulait fracassantes : (1) limiter l'assurance sociale qu'aux étrangers ayant cotisé au moins cinq ans en France (tout en taxant leurs revenus dès le 4ème mois de leur présence en France), (2) plafonner le montant des minimas sociaux à 75% du SMIC par foyer, (3) imposer 5 heures de travail social hebdomadaire aux bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active .

Lire la suite :

http://sarkofrance.blogspot.com/