Par Pierre Haski

Au-fond-des-urnes-Epinal-Est-un-pas-en-avant-deux-pas-en-arriere

Gueule de bois assurée. Ces élections cantonales resteront dans les annales, mais d'abord pour de mauvaises raisons : l'abstention supérieure à 50% au second comme au premier tour, et la place occupée, dans le débat politique et dans certaines circonscriptions, par le Front national.

Et il y a le plus spectaculaire : l'effondrement du camp présidentiel tiré vers le bas par Nicolas Sarkozy et ses choix stratégiques, et les gains de la gauche, malgré elle serait-on tenté de dire.

L'abstention est le signe le plus sûr de la crise de la démocratie représentative française. L'élection présidentielle de 2007 avait refait le plein d'électeurs à un niveau historiquement élevé, mais la désillusion a détourné les électeurs des bureaux de vote. Si les vainqueurs déçoivent et leurs opposants ne s'opposent pas, à quoi bon ?

55% d'abstention, auxquels s'ajoute le vote du FN, en disent long sur la perte de crédibilité des « partis de gouvernement » dans la France de 2011, celle des trois millions de chômeurs, des baisses d'effectifs dans les services publics, du pouvoir d'achat en berne, de la peur du déclin. Il fallait entendre ces derniers jours le médiateur de la République, Jean-Paul Delevoye, présenter son dernier rapport et parler d'un « burn out » national, pour en mesurer la gravité.

La responsabilité de Sarkozy

Nicolas Sarkozy porte une lourde responsabilité dans cette déprime nationale. Pas parce qu'il serait responsable de tous les maux de la France – beaucoup sont antérieurs à son émergence politique, et la crise financière n'était pas au programme en 2007… –, mais pour ce qui relève de sa responsabilité directe :

son style personnel, si peu présidentiel, si clivant ;
son absence de résultats à la hauteur de son volontarisme ;
son incapacité à faire naître l'espoir ne serait-ce que dans son propre camp ;
son choix de venir chasser sur les terres du FN, de l'identité nationale au débat sur l'islam, pardon sur la laïcité, prévu dans quelques jours.

Lire la suite :

http://www.rue89.com/2011/03/27/les-cantonales-de-la-defiance-un-avertissement-pour-2012-197212