Plusieurs orphelinats ont été touchés par le séisme. En France, les parents qui s'apprêtaient à adopter un enfant haïtien se mobilisent pour que les secours parviennent aux jeunes survivants.

http://q.liberation.fr/photo/id/112203/r/03/02/w/459/m/1263838648
Au centre, Evelyne Louis Jacques, la directrice de l'orphelinat Notre Dame de la Fidélité. (AFP)

Depuis cinq jours, ils ne dorment plus. Parents en cours d'adoption d'enfants haïtiens, ils ne savent pas si l'enfant qui leur avait été attribué a survécu au séisme, s'il est blessé, s'il est soigné, s'il a à manger, à boire, des soins... Encore moins ce qu'il va advenir de la procédure, enclenchée pour certains depuis plusieurs années.

Haïti est, pour la France, le premier pays d'adoption, avec 700 dossiers validés par an. Sur les 74 orphelinats recensés là-bas, plusieurs ont été touchés par le tremblement de terre, dont un en particulier, Notre-Dame de la Nativité, situé dans le sud-ouest de Port-au-Prince, près de l'épicentre. Totalement détruit, le bâtiment abritait 120 enfants en cours d'adoption. Au moins 62 seraient morts, ainsi qu'une infirmière, selon les informations qu'ont pu recueillir les parents depuis la France. Ces derniers se mobilisent, via notamment deux associations, Port aux Petits Princes et Enfants d'Haïti, pour que des soins soient apportés au plus vite aux survivants.

Servanne Dubreuil, déjà mère adoptive de deux petites filles colombiennes, était avec son mari en attente d'adoption d'un petit Haïtien pris en charge à Notre-Dame de la Nativité, Diego, 13 mois aujourd'hui. Le jugement d'adoption, étape déterminante dans le processus, devait être rendu ce lundi. Depuis le séisme, le couple a eu des nouvelles de Diego, il va bien. «Notre priorité, c'est d'alerter sur l'urgence sanitaire pour que ces enfants soient secourus au plus vite, insiste Servanne, épuisée. J'ai eu la directrice de la crèche (l'orphelinat, ndlr) au téléphone, certains sont blessés, il n'y a plus de nourriture du tout, très peu d'eau et de médicaments.»

La suite sur :
http://www.liberation.fr/monde/0101614383-l-inquietude-des-parents-francais-en-cours-d-adoption-en-haiti