http://pagesperso-orange.fr/emmaus.thonon/images/logo%20emmaus.jpg

Libération
http://www.libemarseille.fr/henry/2009/02/emmas-proteste.html

SANS-PAPIERS. Selon le siège parisien de la communauté, un sans-papier accueilli sur le site de Marseille Pointe-Rouge a été interpellé lundi 16 février.

Une perquisition a eu lieu « aux fins de recenser la présence d’éventuels compagnons sans papiers », indique Emmaüs, et un responsable de la communauté a été placé quelques heures en garde-à-vue.

"Le responsable de la communauté Pointe-Rouge a dû répondre à une série de questions sur notre mouvement, a précisé à l'AFP Fathi Bouaroua, directeur de la Fondation Abbé Pierre Marseille. Ensuite, les policiers l'ont accompagné dans la communauté pour recenser la présence de compagnons sans-papiers", a-t-il raconté.

Des documents relatifs à la situation des personnes accueillies dans la communauté auraient été saisis par les policiers, affirme-t-on à Emmaüs.

"Le parquet de Marseille a diligenté cette perquisition, c'est une décision politique", a estimé Fathi Bouaroua.

Emmaüs France proteste contre cette « grave atteinte au principe de l’accueil inconditionnel qui, pourtant, avait été solennellement rappelé par le Président de la République, dans son discours devant le Conseil Economique et Social, le 17 octobre 2007 ».

"Quand quelqu'un est à la rue, qu'il est dans une situation d'urgence et de détresse, on ne va tout de même pas lui demander ses papiers!", avait déclaré Nicolas Sarkozy dans ce discours, à l'occasion de la journée mondiale du refus de la misère.

Emmaüs, qui accueille des personnes « sans réserve ni contrôle », s’inquiète : «La criminalisation des centres d’accueil est inacceptable. Il s’agit de lieux où peuvent trouver refuge les personnes les plus démunies, quelle que soit la couleur de leur peau et leur situation administrative. »

« Les rapports habituellement entretenus entre les communautés Emmaüs et les autorités de l’Etat se sont toujours situés sur le terrain du dialogue et du respect, rappelle Emmaüs. C’est pourquoi nous sommes extrêmement surpris et choqués que ce genre d’opération ait pu avoir lieu. »

Le Parti socialiste a également protesté jeudi contre « ces pratiques intolérables ».

« Il n’est pas acceptable de vouloir instaurer dans notre société un climat de peur, de chasse et de dénonciation à l’égard de nos concitoyens les plus en difficultés », juge le PS, qui demande au président de la République que « des instructions soient données afin qu’il soit mis un terme à ce type de pratiques ».